parallax background

Chez les étudiants, le réveil écologique rime avec quête de sens : mobilisation pour le climat à Fontenay-le-Comte !

Le Jeûne, une reconnexion à Soi et à son corps, rencontre avec Stéphanie Retailleau !
14 mars 2019
J-2 avant le lancement du Journal des initiatives positives de Demain-Vendée !
19 mars 2019
 

Journée de mobilisation à Fontenay-le-Comte

En ce vendredi 15 mars, ils étaient plusieurs milliers en France et en Europe, collégiens, lycéens et étudiants, qu’on dit dépolitisés et individualistes, à se déclarer en grève climatique. Phénomène parisien ou métropolitain? Pas si sûr ! A Fontenay-le-Comte, les trois lycées de la ville ont décidé de porter eux aussi le message climatique auprès de leurs concitoyens et élus, en organisant une Grève pour le Climat dans leur ville. Aperçu de la journée :

A 10h, les étudiants s’étaient donné rendez-vous place Viette, dans le centre-ville, pour se rencontrer, échanger et réfléchir aux perspectives du mouvement local. En cette première mobilisation fontenaisienne, ils étaient environ 150, munis de pancartes aussi colorées que créatives, dont quelques slogans pourraient devenir cultes «si la planète était une banque, on l’aurait déjà sauvée» ou «je ferai mes devoirs quand vous ferez les vôtres» !

A midi, rassemblement autour d’un pique-nique partagé et zéro déchet, avant de partir vers 14h pour une CleanWalk dans les rues de Fontenay-le-Comte, avec l’objectif de ramasser un maximum de déchets. En fin de journée, et en guise de célébration, la joyeuse troupe va fêter la Saint-Patrick à La Chopine voisine, un bar associatif local, car comme dit le proverbe: la bière, c’est comme le climat, plus c’est chaud, moins c’est bon!

Journée de mobilisation pour les étudiants de Fontenay-le-Comte !


” Rosalie, étudiante en BTS DATR explique que pour elle, la prise de conscience a été globale et aspire à un changement de société plus profond ... ”

Chez les étudiants, le réveil écologique rime avec quête de sens

A l’image de la très médiatique Greta Thunberg, jeune suédoise de 16 ans qui faitla grève devant le Parlement de son pays tous les vendredis après-midi, les nouvelles générations soulignent avant-tout l’absurdité «d’aller à l’école si on n’a pas de futur». Une formule choc et plutôt radicale que ne se seraient peut-être pas permis leurs aînés militants écologistes, trop souvent taclés de catastrophistes par le passé.

Rosalie, étudiante en BTS DATR (Développement et Animation des Territoires ruraux) explique que pour elle, la prise de conscience a été globale et aspire à un changement de société plus profond. Peut-être plus politiques que leurs doux rêveurs de parents ou grands frères et sœurs, passés par la case « éco-gestes », et qui pensaient que cela suffirait, les jeunes qui manifestent dans la rue aujourd’hui ne veulent plus de promesses, mais des actes : réduire les émissions de gaz à effet de serre, relocaliser l’économie, passer à la sobriété énergétique, agir pour le bien-être animal, ...

 

Rassemblement de plus de 150 jeunes à Fontenay-le-Comte.

Marche pour le Climat !


 

Une génération qui s'engage...

Sur les réseaux sociaux, les étudiants fontenaisiens rassemblent, mobilisent et font parler d’eux, car la révolution en cours est aussi culturelle: un nouveau récit est à inventer pour cette génération, qui entend parler depuis toujours de chômage, de fracture sociale et de crise économique, notamment en milieu rural. Depuis leur page Facebook « Fontenay for Climate », ils appellent par exemple leurs pairs à signer le Manifeste étudiant pour un réveil écologique (https://pour- un-reveil-ecologique.fr), rédigé à l’initiative d’élèves d’HEC Paris, AgroParisTech, CentraleSupélec, l'Ecole Polytechnique et de l’ENS Ulm, et qui a recueilli plus de 30000 signatures étudiantes. Le manifeste interpelle la société et les entreprises sur la nécessité de changer de cap:

« Au fur et à mesure que nous nous approchons de notre premier emploi, nous nous apercevons que le système dont nous faisons partie nous oriente vers des postes souvent incompatibles avec le fruit de nos réflexions et nous enferme dans des contradictions quotidiennes. [...] Nous, futurs travailleurs, sommes prêts à questionner notre zone de confort pour que la société change profondément.»

Chaque génération a rêvé de changer le monde, espérons que celle-ci y parviendra.


Zoé Jarry

Comments are closed.