parallax background

Graines du coin, échanges de semences reproductibles et démarche de préservation de la biodiversité aux Essarts !

Des liens qui se créent entre Eco-mobilier et les acteurs du réemploi en Vendée : une seconde vie pour les meubles !
8 janvier 2019
Vendée 2040, démarche prospective du département et concertation citoyenne pour envisager demain en Vendée !
14 janvier 2019
 

Une opération en Vendée pour préserver la biodiversité en partageant les variétés de semences reproductibles.

"Graines du Coin" fêtera ce Dimanche 20 Janvier 2019 sa cinquième édition. Cette bourse d'échange de graines et semences paysannes reproductibles, proposée par l'association Liberaverda aux Essarts, est une démarche de préservation de la biodiversité mais aussi une journée d'ateliers pédagogiques. Cette manifestation fera d’autant plus écho, cette année, au récent imbroglio autour de l’autorisation de la vente libre de ces semences paysannes non inscrites au catalogue officiel des géants de la biotechnologies, une loi d'abord adoptée puis finalement invalidée par le Sénat fin Octobre dernier. De fait, seule la vente entre particuliers est autorisée.


Une opération de sauvegarde...

Charlie, fondateur de l’association Liberaverda, est un fervent défenseur du monde vivant. Membre du réseau Permaculture 85, il anime depuis plus de 15 ans, des ateliers d’éducation à l’environnement par l’écologie pratique. Ainsi Liberaverda diffuse des pratiques respectueuses pour la culture des sols, l’autonomie alimentaire et la connaissance du monde végétal en organisant notamment des temps forts comme celui-ci.

C'est une opération de sauvegarde de notre patrimoine génétique floristique et légumier, nous invitons les participants à cultiver une ou des variétés de légumes ou fleurs que l'on peut reproduire, donc pas d'hybride, et d'y récolter les graines afin de maintenir et d'accroitre par le partage, notre patrimoine de semences.
Le but de cette journée est d'échanger et distribuer des graines afin de démultiplier notre banque de graines locales en incitant les personnes inscrites et les "sans graines" à s'engager à participer aux prochaines éditions de "Graines du Coin"...
Pour ceci des graines bien sûr, avec un espace d'échange et de don des semences, un accueil et notre stand Libera verda avec pleins d'infos sur comment récupérer et conserver ses graines, mais aussi des informations sur beaucoup d'autres initiatives de nos partenaires et un espace pour faire un semis...nous explique Charlie, fondateur et animateur de l'association

La question des semences paysannes, comprendre les enjeux " La guerre des graines "


" Un objectif de préservation du patrimoine génétique végétal. Le partage et la diversité plutôt que la compétition et la destruction... "

Mieux comprendre les enjeux..

Aujourd’hui, trois entreprises mondiales de l’agrochimie contrôlent 60 % du marché des semences et des produits agrochimiques : Bayer-Monsanto, DuPont-Dow et Syngenta-Chemchina.

Ce monopole a engendré la perte de la diversité de nos assiettes avec seulement 120 espèces inscrites au catalogue alors qu’on sait en cultiver 7000, un appauvrissement de l’apport nutritionnel de nos aliments, mais aussi des impacts néfastes pour notre santé et notre environnement à cause des engrais et intrants chimiques utilisés pour cultiver les semences certifiées.

Aujourd'hui, les agriculteurs français n’ont pas le droit de cultiver des semences si elles ne sont pas inscrites au catalogue officiel. Pour être certifiées, les semences doivent répondre à un certain nombre de critères de rentabilité, d’apparence et de stabilité. Pour les agriculteurs, inscrire leurs semences paysannes dans ce catalogue est un processus quasi impossible en raison de l’hétérogénéité de leurs semences, mais aussi du coût d’inscription au catalogue.
Dans les critères à remplir pour qu’une semence soit référencée au catalogue on a oublié la nutrition. On s’est dit qu’une semence créée en laboratoire pousserait de la même façon en Bretagne et dans la Drôme sans prendre en compte que c’est le terroir qui fait le goût, et la qualité nutritive des aliments. Au fur et à mesure des années, on a oublié ce qu’était une tomate noire, que les pommes de terre n’étaient pas forcément jaunes, et que le vrai gluten était bon pour la santé. indique Auriane Bertrand.

Auriane Bertrand est la co-fondatrice de l'association "Qu’est-ce qu’on sème ?" visant donc à transformer les comportements de consommation pour encourager le développement d’une agriculture basée sur un choix conscient et libre des semences.

 

Sauvegarde de la biodiversité florales et légumières : Opération Graines du Coin !

L'édition 2018 de Graines du Coin aux Esssarts.


 

Partage des savoirs-faire, autonomie et abondance…

Cette bourse d'échanges sonne comme un pied de nez aux marchés des semenciers industriels, qui, en voulant dominer le vivant par la manipulation génétique, ont largement contribué à l’aggravation de la situation agricole, mais aussi sociale dans de nombreuses régions du globe. La Terre pourtant, est très généreuse, pour celles et ceux qui savent l’écouter. Des cultures qui respectent des rythmes naturels..

Les organisateurs de Graines du Coin prône le partage et la diversité plutôt que la compétition et la destruction. Durant toute la journée, les visiteurs pourront ainsi participer à des ateliers pratiques pour apprendre à faire soi-même, les semis, récupérer les graines, les conserver...

Le but premier de cette manifestation est d'inviter les gens à venir chercher, échanger ou partager des semences et des semis, un appel pour produire ou reproduire des variétés reproductibles, qui ne soient pas hybrides. Nous encourageons à distribuer ses graines à son entourage, ses voisins, c'est ça la permaculture, créer de l'abondance pour la partager. précise l'association

Réappropriation citoyenne à l'échelle de la planète…

Sauver les graines, c’est sauver notre liberté a dit Vandana Shiva. Vous avez forcément déjà entendu parler de Vandana Shiva. Cette Indienne, activiste spécialiste des questions liées à l’agriculture, lutte depuis plus de 20 ans contre les OGM, les pesticides, et pour la préservation des semences paysannes et la protection des sols. Selon elle, chacun d'entre nous peut contribuer à cette liberté :

Au niveau individuel, ne consommez pas seulement biologique, consommez des fruits et légumes produits à partir de graines libres de droits : là se trouve le goût, là se trouve la nutrition. Nous avons été trop longtemps gouvernés par l’uniformité et l’uniformité est un indicateur du fascisme. Nous devons maintenant nous orienter vers la célébration de la diversité, symbole de liberté. Ensuite, qui que vous soyez, vous pouvez agir à votre échelle : même avec un petit pot de plante dans votre salon. Il peut s’agir d’un basilic, d’un romarin, de votre plante préférée, peu importe… Sauvez cette graine et sa liberté. Et en sauvant sa liberté, sauvez la vôtre...

Profitez d'une belle occasion pour créer des liens et partager vos semences en Vendée. La 1ère édition "Graines du Coin" avait accueilli 150 personnes en 2015, l'année dernière, ils étaient plus de 500 amateurs à s'être donnés rendez-vous aux Essarts. Peut-être ferez vous partie des participants 2019. Retrouvez cette journée dans notre rubrique évènement.

Comments are closed.