parallax background

Réconcilier agriculture et biodiversité en Vendée : découvrez Paysans de nature !

L’instant Radio Demain-Vendée, l’émission du 3 Septembre 2018, invitée « Education » Karine Cever !
3 septembre 2018
Le clin d’oeil de l’émission « Carnets-de-Campagne » sur France-Inter à Demain-Vendée !
5 septembre 2018
 

Une initiative pour montrer que devenir paysan et protéger la nature c’est possible !

La sortie d'un livre "Paysans de Nature" sonne comme un plaidoyer pour exposer les expériences réussies de paysans qui placent la préservation de la nature sauvage parmi leurs priorités. Un éclairage sur des éleveurs, des paludiers, des arboriculteurs, des vignerons, des paysans boulangers, des paysans brasseurs, des maraîchers…, qui ont choisi de préserver et de favoriser la biodiversité sauvage dans leur ferme.

Echange avec Perrine Dulac, chargée de mission naturaliste qui coordonne l'antenne Marais breton de la LPO Vendée. Elle a contribué à la création du réseau Paysans de nature et a fondé en 2007, avec des amis, des naturalistes et des paysans, le Collectif Court Circuit.


Comment et pourquoi est né ce projet ?

Le projet Paysans de Nature est né dans les Pays de la Loire fin 2000. il fait suite aux constats que nous avons pu faire sur l'évolution et notre compréhention du modèle agricole. Porté au début par la LPO, il se développe à travers la France avec des agriculteurs et des organisations qui souhaitent protéger la nature. nous explique Perrine Dulac
Depuis 2008 Frédéric Signoret, président de la LPO Vendée et vice Président de la LPO Pays de la Loire, éleveur de vaches dans le marais breton et moi même avons croisé beaucoup de paysans volontaires pour protéger la biodiversité sauvage. Nous avons parfois contribué à leur installation. Philippe J. Dubois, ornithologue, passionné par les biodiversités sauvages et domestiques, nous a suggéré d'écrire un livre sur le sujet. C'est chose faite !
Aujourd'hui et dans les 10ans à venir, beaucoup d'opportunité d'installation liées au départ en retraite d'exploitants agricoles sont à venir. Les terres sont convoitées notamment par de gros investisseurs français et étrangers. Nous souhaitons favoriser l'installation agricole pour celles et ceux qui ont cette conviction d'associer protection de la biodiversité et activités agricoles en y associant des investissements citoyens dans le capital foncier.

Qui sont ces acteurs en Vendée et ses alentours ?

Notre livre "Paysans de nature" brosse le portrait de 28 fermes, soit plus de 50 femmes et hommes engagés dans ce réseau aux avant-postes de nouvelles pratiques. Ils démontrent qu’une agriculture paysanne économiquement viable et respectueuse de la nature est possible.
Une douzaine de vendéens sont mis en lumière comme, Jean-Noel Pitaud, saunier à L'Epine, Corentin Barbier, saunier et éleveur de brebis à La Barre-de-Monts, Ingrid et François Gorvan Cosson, paysans brasseurs à Notre Dame de Monts, Ludivine Cosson et Frédéric Signoret, éleveurs de vaches maraîchines à Notre Dame de Monts, Christian Doucet, paysan-cueilleur à La Garnache (éleveur de vaches maraîchines, et cueilleur de champignons et plantes sauvages comestibles), Alexis Gautier, saunier à St-Hilaire-de-Riez, Matthieu Faveyrial, paysan boulanger à Dompierre-sur-Yon, Anne Séverin, Benoit Vallee-Mounier et Matthieu Blé, sauniers et éleveurs de moutons à l'Ile d'Olonne, Carl Chetanneau, éleveur de vaches maraîchines et paysan boulanger au Girouard, Théau Fruchet, futur maraîcher et éleveur de vaches à Ste Pexine.

” Des éleveurs, des paludiers, des arboriculteurs, des vignerons, des paysans boulangers, des paysans brasseurs, des maraîchers…, qui ont choisi de préserver et de favoriser la biodiversité sauvage dans leur ferme.”

L'exemple de Mathieu, paysan-boulanger à Dompierre-sur-Yon...

Nous l'avions rencontré en 2017 et vous avions proposé un reportage sur Demain-Vendée. Mathieu fait partie de ces portraits dans le livre "Paysans de nature".

Matthieu est un jeune paysan boulanger. Ornithologue de longue date, il n’avait pas vraiment prévu de devenir paysan. Son travail de conseiller agricole, les activités de la LPO de Vendée sur l’installation paysanne et le soutien du paysan en bio dont il reprend la ferme ont contribué à sa conversion professionnelle.
Aujourd’hui, sur 50 hectares, il élève des vaches à viande et cultive 10 hectares de céréales pour faire 110 kilos de pain par semaine, qu’il vend dans une AMAP et sur les marchés. Il a conservé toutes les haies de la ferme et compte en planter d’autres. Il fait attention aux dates de fauche, laisse des zones non fauchées aux endroits les plus humides des parcelles… et ne sort jamais sans ses jumelles !
Matthieu organise régulièrement des formations et des séjours ornithologiques en Vendée, pour les personnes averties comme pour les débutants.
 

Mathieu et la Ferme du Painson, à Dompierre-sur-Yon !


 

Sortir des idées reçues...

Co-auteur du livre, Frédéric Signoret a fondé le réseau Paysans de nature et s’est installé en tant qu’éleveur en 2000. Sur sa ferme, la faune et la flore sauvages des prairies humides sont une priorité. Avant d’être naturaliste, avant d’être paysan, c'est un humaniste qui travaille à mettre en place ce qu’il croit nécessaire pour faire changer les choses, pour la planète et pour les hommes.

Frédéric est persuadé que sa démarche, si elle était entendue, pourrait finalement aider les autres agriculteurs :

Je suis convaincu que la détresse agricole est liée à l’isolement, à la solitude, au fait d’être pointé du doigt par la société sur les pesticides, les cancers. Le manque de vie sociale, finalement.

Accompagner, soutenir...

Partant du constat que les nouvelles personnes qui s’installent comme agriculteurs souffrent souvent d’isolement, Frédéric souhaite que le réseau Paysans de nature s’offre aussi comme une organisation de soutien autre que le monde agricole classique, prompt à mal juger ceux qui travaillent différemment.

Et l’idée de Paysans de nature, c’est ça : provoquer de la mixité sociale dans les campagnes, afin de faire évoluer plus rapidement les mentalités rurales.
Aux jeunes qui veulent s’installer, je conseille de ne pas accorder trop d’importance à la reconnaissance du monde agricole, de se rapprocher le plus possible des consommateurs, du citoyen. Ainsi que d’être très prudents sur les investissements, car on peut se retourner plus facilement avec une petite structure. Puis on a aussi le droit d’essayer, puis de changer de métier s’il ne convient pas. Le monde agricole juge de manière sévère la capacité à durer dans le temps : il faut se détacher de ça. Il faut aussi devenir des paysans ouverts : pour intéresser les gens à l’agriculture, il faut des lieux d’accueil dans les fermes, des lieux de vie, d’échanges.

Le livre "Paysans de Nature" sortira à l'occasion de la Fête de la Vache Nantaise, le 7 septembre 2018, puis sera disponible dans toutes les bonnes librairies. Une invitation a découvrir ces paysans et leurs produits, tout près de chez nous !

Photo de Ludivine Cosson, crédit : ADEAR Vendée
Photo de Yoann Gillot, crédit : Naïla Bedrani
Photo de Frederic Signoret, crédit : ADEAR Vendée
Photo de Matthieu Faveyrial : Anne-Claire Brillouet-Faveyrial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *