parallax background

Des liens qui se créent entre Eco-mobilier et les acteurs du réemploi en Vendée : une seconde vie pour les meubles !

2019 pour raconter et mettre en scène ces acteurs du nouveau monde, propager de nouvelles perspectives !
7 janvier 2019
Graines du coin, échanges de semences reproductibles et démarche de préservation de la biodiversité aux Essarts !
10 janvier 2019
 

Des liens qui se créent entre Eco-mobilier et les acteurs du réemploi en Vendée

Au Boupère, chez un important fabricant de meubles du haut bocage Vendéen, s’est tenue une rencontre avec différents acteurs de la gestion des déchets et du réemploi en Vendée. En cette fin d’année 2018, l’objectif était bien de dynamiser le développement de filières de collecte et de valorisation des déchets meubles sur le département, mais aussi d’inviter les habitants à découvrir de nouveaux modes de consommations alternatifs, réduisant ainsi les déchets et préservant les ressources naturelles.

Eco-mobilier, structure organisatrice de cet évènement, ne s’est pas posé par hasard en Nord-Est Vendée, Gautier Meubles fait en effet partie des 24 fabricants du secteur de l’ameublement qui ont créé Ecomobilier. A l'échelon national, cet organisme à but non lucratif apporte des solutions pour la collecte et la valorisation des meubles usagés, en leur offrant une 2ème vie, en les recyclant ou en les utilisant comme source d’énergie. Virgine Lefèvre, responsable nationale des partenariats ESS et Collectivités nous la présente :

Pour écarter les meubles usagés de l’enfouissement et réduire ainsi leur impact environnemental, 24 fabricants et distributeurs du secteur de l’ameublement ont donc créé Eco-mobilier. A notre création, en 2011, plus de la moitié des meubles usagés étaient enfouis et seuls 23 % d’entre eux étaient recyclés. Fin 2017, à la fin de notre premier agrément, plus de 90 % des meubles usagés étaient recyclés en nouvelles matières ou valorisés en énergie. En 5 ans, de 2013 à 2017, plus d’un million de tonnes de meubles usagés ont été collectées pour être recyclées ou valorisées.

Gautier, un fabricant à l'écoute des nouveaux modes de consommations...

David Soulard, directeur général des meubles Gautier, ne le cache pas : la réunion du jour dans ses locaux peut paraitre surprenante pour un fabricant de meubles, qui, normalement, se bat pour vendre des produits neufs, et qui là, reçoit des acteurs du réemploi dont l'objectif est de générer des étapes de vie supplémentaire aux objets. Deux mondes qui vivent en parallèle.

Nous sommes dans une période de déconsommation, nous allons de moins en moins consommer mais de mieux en mieux. Pour le mobilier, nous constatons que les Français jettent peu mais stockent énormément, les garages sont pleins. Nous avons toujours privilégié un travail de qualité pour que nos meubles durent dans le temps, mais aussi un approvisionnement de bois local, à 100% en provenance de la région bordelaise.
Il est donc naturel que nous soyons partie intégrante d’Ecomobilier. A l’intérieur même de nos panneaux en particules, nous réintégrons une grande partie des déchets meubles qui sont broyés et réinjecter à hauteur de 60%, c’était 0% il y a 10 ans.

Une réunion chez Gautier au Boupère en Vendée, avec les acteurs de l'ESS et du réemploi !


” Dynamiser le développement de filières de collecte et de valorisation des déchets meubles sur le département, mais aussi inviter les habitants à découvrir de nouveaux modes de consommations alternatifs, réduisant ainsi les déchets et préservant les ressources naturelles.”

Les liens avec Trivalis pour la collecte des meubles...

En Vendée, Trivalis, syndicat mixte en charge du traitement des déchets ménagers et assimilés, représentant les 17 collectivités locales du département, a signé dès 2013 un contrat territorial de collecte du mobilier avec Ecomobilier. Dès cette époque, une bonne partie des déchetteries vendéennes ont bénéficié d’une benne spécifique Ecomobilier, dès lors, près de 7 tonnes de meubles déposés par an ont pu rejoindre cette filière de revalorisation.

A l'échelle du département, environ 15 000 tonnes d’ameublement arrivent dans nos déchèteries, nous avons tout intérêt à réduire ce volume... Aujourd’hui, la part des déchets ultimes a baissé par l'intermédiaire 10 à 15 filières en place en déchetterie, plastiques, déchets d’ameublement, plâtre, polystyrène, réduisant la part de déchets partant en enfouissement, mais nous devons actionner d’autres leviers pour atteindre les objectifs nationaux.
En ce sens, nous menons un programme départemental de prévention des déchets, avec un objectif de réduction de 10% des déchets ménagers entre 2010 et 2020, pour ce faire, différents axes sont ciblés comme la réduction des déchets végétaux, la lutte contre le gaspillage alimentaire et le réemploi qui contribue à atteindre ces objectifs de baisse.
En 2015, nous avons situés les recycleries existantes pour voir où étaient les manques… 6 animateurs ont été accueilli en 2016 pour développer le réemploi en Vendée, et notamment l’accompagnement la mise en place de l’écocyclerie Yonnaise, faire se rencontrer les acteurs du réemploi, réparation, consigne, économie du partage…
 

L'Ecocyclerie Yonnaise à la Roche-sur-Yon.


 

Favoriser une économie circulaire avec le réemploi en Vendée...

Ecomobilier tend à initier dans toutes les régions de France, et notamment en Vendée, des projets communs et des partenariats innovants entre les acteurs de la filière, entreprises du mobilier, associations et entreprises d’insertion engagées pour la réutilisation et le réemploi, collectivités territoriales et opérateurs du traitement des déchets, pour améliorer toujours plus la collecte, le tri, le recyclage et le réemploi des meubles usagés.

Ainsi, cette mise en relation entre Ecomobilier et les acteurs du réemploi, a permis la présentation de Trivalis, l'Ecocylcerie Yonnaise, Les Ateliers du Bocage, membres d'Emmaus France, la Chinetterie, en voisin des Charentes, mais aussi La Communauté de Communes du Pays de Mortagne pour une présentation de sa démarche en cours autour d'une écologie industrielle et territoriale.


Se donner les moyens d'agir...

Les missions d'Ecomobilier sont financées par une éco-participation dont s’acquitte chaque consommateur lorsqu’il achète un des produits neufs. Ainsi, les fabricants à l'origine de la création de cette structure entendent aussi permettre au consommateur de choisir des meubles étiquetés suivant des critères d'éco-conception, notant les impacts écologiques en terme de fabrication, transport et possibilité de recyclage.

Nous noterons au passage que Gautier fait figure de bon élève comparé à Ikéa, qui lui, questionne avec ses 16 millions de m3 de bois tronçonnés chaque année, Ikea est « le plus grand consommateur de bois commercial sur la planète ». Un récent éclairage sur France 2, a montré les limites de la fabrication low-cost du meuble, avec, dans les forêts de Roumanie, d'où proviennent 6 % du bois consommé chaque année par Ikea, une « industrie du bois, qui fait des ravages et défigure le paysage ».

En tant que consommateurs, nous pouvons diriger nos actes d'achats vers des meubles respectant des filières de bois et forêts gérées, plus locales, et proposant une qualité de fabrication durable. Et puis, pour commencer, nous avons l'opportunité de découvrir ces alternatives qui sont répartis sur l'ensemble du département, des lieux où l'on tri, remet en état et valorise un tas d'objets et notamment du mobilier, initialement destiné à la déchetterie. Ces écocycleries, encore appelées ressourceries, qui donnent un second souffle aux objets du quotidien, prennent des allures de véritables magasins. On y met la forme pour capter l'attention du grand public. Alors découvrez l'Ecocyclerie de Talmont-Saint-Hilaire, Recycl'La Vie à Soullans, la Valorétrie à Boufféré, l'Ecocyclerie Yonnaise à la Roche-sur-Yon, Le Tri-porteur à Fontenay-le-Comte ou encore tout récemment au la nouvelle recyclerie au Pays des Achards mais aussi à l'ile d'Yeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *