parallax background

L’éco-pâturage créateur de liens : regards croisés de trois acteurs vendéens

[Interview] Graine de Nature part à la découverte des plantes sauvages et de leurs utilisations culinaires
11 avril 2022
Le Podcast de Demain-Vendée à la découverte de l’étique animale avec Anne-Laure Meynckens
19 avril 2022
 

Parfois utilisé comme un outil de « greenwashing », l’éco-pâturage s’est démocratisé dans nos villes. Une nouvelle manière de gérer les espaces naturels qui crée un lien nouveau avec les animaux, non sans poser certaines questions. Regards croisés de trois acteurs du territoire : Sylvain Remigereau, fondateur de Pep's, à Saint-Paul-en-Pareds, Angélique Pousset et Ghislain Va d'Alliance Pâturage installés à La Chaize-le-Vicomte et Sébastien Guilhemjouan, à la tête de la ferme du Loriot à Moutiers-les-Mauxfaits.

"L'éco-pâturage c’est laisser faire les animaux pour entretenir le terrain naturellement en créant des bénéfices environnementaux”, résume Sylvain Remigereau, fondateur de Pep’s, aux côtés de ses moutons. Ancien conseiller en alimentation et produits pharmaceutiques dans un groupement de producteurs de viande bovine, ce passionné s’est lancé en février 2021 dans l'éco-pâturage. “Je voyais les animaux, mais je n'avais pas de contact direct. J’ai toujours voulu avoir mes propres animaux.”

En cette journée d’hiver, il rend visite à une partie de son troupeau aux Herbiers, dans les jardins du Boistissandeau de Philippe Gardin, producteur de fruits. “Les moutons pâturent le temps d’une journée les herbes hautes entre les framboisiers, mais aussi dans le potager. J’adapte le nombre d’animaux en fonction du temps, de la saison, et de l’herbe”, explique Sylvain qui travaille majoritairement avec des entreprises et des particuliers. Au total, il exerce avec une trentaine de moutons, une vingtaine de chèvres, quelques poneys shetland et trois ânes. Adhérent à l’Association de sauvegarde et de promotion de la chèvre des fossés et du mouton des pays de Bretagne, il participe à la préservation de ces espèces menacées, en faisant naître chaque année chevreaux et agneaux.

Des approches différentes


 
 

Comme lui, beaucoup ont décidé de se lancer dans l’éco-pâturage alors que la demande des collectivités et des entreprises pour entretenir leurs espaces naturels augmente. Animal et cité, premier réseau professionnel du secteur, présente une croissance actuelle du marché de 20%.* Un nouveau "business" qui attire de grandes entreprises du paysage, mais qui permet aussi à des passionnés de proposer un éco-pâturage responsable.

Angélique Pousset et Ghislain Va, installés à La Chaize-le-Vicomte ont quant à eux créé Alliance pâturage l’an passé. Avec leurs soixante brebis Landes de Bretagne, ils travaillent avec des collectivités et même un centre hospitalier (...)

* Chiffres communiqués par Animal et cité à Reporterre pour l’article : ”Business et écoblanchiment, les dérives du pâturage en ville”

 

Découvrez l'intégralité de notre article dans le Journal des initiatives positives n°13 (S'abonner en cliquant ici !)


 
Leopoldine
Leopoldine
15 Avr 2022

Comments are closed.